Olivier adulte

Comment tailler un olivier ?

La plupart du temps, dans un jardin on trouve seulement quelques arbres ou un petit bosquet. Les olives sont cueillies à la main ou à l’aide de machines manuelles faciles d’utilisation pour gagner du temps. Dans les deux cas, une bonne densité de fruits sur chaque branche est nécessaire pour une cueillette productive. Alors pourquoi tailler un olivier ?

Découvrez comment bien tailler un olivier et pourquoi :

Lorsqu’un arbre n’est pas taillé ou mal entretenu, les olives s’éparpillent par groupes d’une ou deux. La cueillette est alors coûteuse et frustrante. Même si vous cueillez par vos propres moyens et avec l’aide d’amis non rémunérés, il est important de cueillir de manière efficiente. En sachant qu’un travail lent découragera les plus motivés ! L’un des principaux objectifs de la taille est de produire des grappes denses qui peuvent être arrachées de l’arbre sous de grandes averses.

L’un des objectifs principaux de l’élagage est de créer des grappes d’olives denses qui pourront être récupérées facilement en un seul coup, telle une pluie d’olives !

Des échelles sont nécessaires pour tailler les arbres matures, cependant une bonne taille empêchera les arbres de devenir excessivement grands et donc difficiles d’accès pour cueillir les olives.

Saviez-vous que dans les premiers temps de l’industrie oléicole néo-zélandaise, lorsque la taille devenait trop compliquée, les producteurs faisaient appel aux pompiers locaux qui se chargeaient de la cueillette.

De nombreuses recherches scientifiques ont été menées sur l’ensemble des aspects de la culture des olives et sur la production d’huile. L’un des faits majeurs qui ressort de ces recherches est que le fruit de l’olivier nécessite un fort ensoleillement à chaque étape, de la nouaison à la production d’huile. S’il y a trop d’ombre, les fleurs d’olivier ne seront pas assez nombreuses à se fixer et ne produiront pas assez d’huile. La taille est donc indispensable pour réduire la densité du feuillage et permettre à la lumière du soleil d’irradier chaque partie de l’olivier.

L’olivier est un arbre qui a besoin d’être exposé en plein soleil pendant au moins une partie de la journée. C’est pourquoi le fait de tailler correctement ce dernier permet de réduire la densité du feuillage. Ainsi l’arbre ne cherche pas désespérément pas à grandir vers le haut pour chercher la lumière et les olives seront plus facilement accessibles.

Tailler pour l’imiter l’alternance des récoltes :

Les olives ne sont pas la seule culture arboricole à produire des cultures qui alternent forte et faible récolte.  Les pommes ont un fonctionnement similaire. Le pommier produit naturellement une grande récolte de petites pommes une année et une petite récolte de grosses pommes l’année suivante. La demande des supermarchés pour des produits moyens oblige le pomiculteur à contrôler les arbres et à produire une récolte moyenne de pommes moyennes. Le mécanisme est similaire pour les olives.  L’arbre produit une grande quantité de croissance végétative une année et il lui reste peu d’énergie pour former des bourgeons fructifères. La récolte est légère et l’année suivante, il y a un surplus d’énergie pour produire une récolte abondante. L’élagage permet d’égaliser les années pauvres et difficiles. D’après mon expérience, nos arbres non élagués ont produit des récoltes exceptionnelles, voire rien du tout. Pas une seule olive.

Maintenant, nous taillons chaque année et la variation a été considérablement réduite, mais sur des arbres individuels, elle peut encore être double d’une année sur l’autre. Le problème majeur survient lorsqu’un événement climatique tel qu’un gel sévère place tous les arbres de l’oliveraie dans la même phase.  Notre dernière mauvaise gelée remonte à 1995. Aujourd’hui, la plupart de nos arbres se sont libérés du mode de culture alternatif qui leur avait été imposé par les dégâts du gel.  L’année dernière, une très mauvaise récolte dans une partie de notre bosquet a été compensée par une excellente récolte dans une autre partie.

Culture d'oliviers

La taille de routine

Après une chirurgie radicale à la tronçonneuse, vous devrez comprendre la taille de routine ou d’entretien. Cela commence par une observation attentive de l’arbre au moment de la cueillette. Vous pouvez voir que les fruits sont portés sur les branches pendantes et latérales et non sur les verticales. Vous constaterez également que certaines des branches pendantes qui ont porté des fruits les années précédentes sont devenues épuisées et faibles. D’après vos observations au moment de la cueillette, vous devriez être en mesure de distinguer trois types de croissance sur l’olivier.

Il y a les fortes pousses verticales qui produisent rarement une seule olive. Il y a les pousses latérales vigoureuses qui sont fructueuses et il y a les pousses pendantes. Les pousses suspendues portent des fruits abondants mais un examen plus attentif montre que certaines deviennent fatiguées et improductives. Les branches pendantes vers le bas sont les plus productives tandis que les pousses qui poussent vers le haut ne portent aucun fruit.

Guide de la taille étape par étape

Tout d’abord, faites un “nettoyage” de l’arbre. Enlevez toutes les drageons autour de la base du tronc et toutes les pousses qui ont germé des bras principaux qui bloquent le centre du verre. Nettoyez-les.

Maintenant, vous commencez la partie difficile où il faut plus d’habileté et de jugement. Votre objectif est de laisser une seule branche vers le haut et vers l’extérieur sur le dessus de chacun de vos bras principaux. C’est-à-dire trois ou quatre sur les arbres bien entretenus, ou plus sur l’arbre négligé que vous essayez de remettre en forme. Toutes les autres verticales doivent être enlevées. Le problème est de distinguer les verticales. Il faut faire preuve de jugement et d’expérience. Certaines vont tout droit. C’est clair et simple. D’autres sortent à quarante-cinq degrés. Ce sont des latéraux qui vont se courber sous le poids des olives et produire des récoltes abondantes. Entre les deux, il y a toutes sortes d’angles que vous devrez juger pour savoir s’il faut enlever ou laisser.

Après avoir enlevé les verticales qui se trouveront pour la plupart autour de la cime de l’arbre, vous devez éclaircir les branches pendantes qui sont devenues faibles. Celles-ci se trouveront vers l’intérieur de l’arbre et il est souvent préférable de les attaquer depuis l’intérieur de la jupe de l’arbre. La croissance de ce bois fructifère est l’image miroir de la croissance vers le haut. Alors que la croissance ascendante a été modérée en un chemin en zigzag de l’extérieur vers le haut, le bois de fructification zigzague vers le bas. En coupant le dernier zig ou zag, vous permettrez à de nouvelles pousses latérales au-dessus de remplacer le bois fatigué. Là encore, le jugement joue un rôle important. Le bois mort à l’intérieur est évidemment coupé. Les pousses latérales vigoureuses à l’extérieur produiront des fruits abondants. Entre les deux, vous devez décider ce qui doit être considéré comme faible et ce qui vaut la peine d’être laissé pour une autre saison.

Prendre du recul

Enfin, prenez du recul par rapport à l’arbre taillé et regardez le tout pour juger de la densité globale. L’arbre idéal devrait être constitué de trois ou quatre bras principaux provenant d’un tronc situé à environ 80 à 120 cm du sol. De ces bras principaux partent les branches latérales qui portent la récolte. Au bas de l’arbre, les branches latérales sont vieilles. Elles ont été produites par le jeune arbre. Ces dernières ont poussé à partir des bras en une série de zigzags, les branches pendantes les plus basses et les plus faibles étant coupées chaque année. Les branches forment la base du cône (d’où le nom poly-conique) autour de chaque bras et se combinent pour former une jupe autour de l’arbre entier.

Si les branches latérales sont longues et frêles, elles chassent la lumière, ce qui indique que vous n’avez pas suffisamment nettoyé le centre pour que la lumière puisse pénétrer à l’intérieur, ou que la densité globale du feuillage est trop importante. Un élagage plus sévère est nécessaire pour ouvrir l’arbre. En remontant chaque bras principal de la structure, les jeunes branches latérales sont plus courtes. Il est peu probable qu’elles s’ombragent mutuellement à ce stade précoce, mais la densité reste importante car elles ombragent collectivement la croissance en dessous. Il est important de garder les parties supérieures de l’arbre ouvertes pour permettre aux parties inférieures de rester productives, car elles sont beaucoup plus faciles à cueillir.

Comment être sûr de bien tailler ?

Le folklore dit que vous taillez l’olivier jusqu’à ce qu’il soit suffisamment ouvert pour qu’un oiseau puisse le traverser. Se cacher dans l’oliveraie et observer les oiseaux n’est pas très pratique pour juger de la densité globale du feuillage. La théorie dit qu’il faut tailler jusqu’à ce que vous ayez un indice de surface foliaire de trois ou quatre. L’indice de surface foliaire est le rapport entre la surface des feuilles sur l’arbre et la surface du sol couverte par l’arbre. Compter les feuilles prendrait encore plus de temps que d’étudier les trajectoires de vol des oiseaux. Aucun de ces deux indicateurs ne fournit une règle de base facile pour l’élagueur inexpérimenté.

Observez les autres arbres de votre district et soyez sensible aux symptômes de la sous-taille. Il est très peu probable que vous ayez le courage de trop tailler, donc la sous-taille est la faute habituelle du débutant.

La lumière est le principe primordial de l’élagage. Laisser entrer la lumière dans l’arbre améliore la production de fruits. La lumière permet également de garder l’arbre sous contrôle. Si l’arbre est sombre et que les branches sont denses, elles se hâteront de trouver plus de lumière.

Qu’en est-il de la taille des jeunes arbres ?

La plupart des petits producteurs achètent des arbres d’un ou deux ans pour établir leur bosquet. Ces arbres, d’environ un mètre de haut, sont vendus dans un petit pot et coûtent environ 5 euros chacun. Ces arbres devront être façonnés. Il est possible d’acheter des arbres plus grands. Les arbres jusqu’à cinquante ans sont disponibles dans notre pépinière locale, mais ils coûtent plus de 500 euros. Même quelques années de croissance supplémentaires peuvent coûter cher. Le prix double environ pour chaque année supplémentaire et à chaque rempotage. Ces arbres plus âgés sont façonnés.

La taille des jeunes arbres suit deux principes contradictoires qui doivent être équilibrés. Le premier consiste à donner à l’arbre la forme qui sera sa structure pour la vie. L’autre est de permettre au jeune arbre de grandir et de constituer des réserves d’énergie. Un vieil arbre peut être coupé et taillé impunément et rebondit avec une énorme vigueur à partir des réserves d’énergie des racines et du tronc. Le jeune arbre ne le fera pas. Une détermination à former la forme parfaite par une taille excessive affaiblira le jeune arbre et retardera sa croissance pendant un certain nombre d’années. L’atteinte d’un juste équilibre fait partie du domaine de l’art et du talent qui distingue le bon élagueur d’un mauvais.

Comment entretenir de vieux arbres

Si vous avez acheté un bosquet d’arbres matures, votre tâche d’élagage est complètement différente. Si vous avez de la chance, vous aurez des arbres parfaitement formés et bien entretenus et vous n’aurez qu’à continuer sur la même voie. Il est plus probable que les arbres aient été négligés et qu’ils nécessitent des mesures correctives. Je recommande la prudence lorsqu’il s’agit de remodeler l’arbre. Au lieu que les trois ou quatre bras se développent à un angle de quarante-cinq degrés, les bras d’origine ont peut-être été autorisés à se diviser en deux, puis en deux à nouveau.

Au lieu de trois ou quatre, ils se transforment rapidement en huit ou plus. Essayez de les récupérer par tous les moyens, mais pas tous en même temps, sinon il ne restera rien de votre arbre. L’autre signe de négligence est la hauteur excessive. Ici, vous devrez être plus impitoyable. Une hauteur excessive crée une ombre excessive et les parties inférieures de l’arbre ne produiront pas de fruits. Vous serez obligé d’utiliser des échelles de plus en plus longues pour cueillir les olives regroupées au sommet de l’arbre.  La hauteur doit être réduite et l’ombre supérieure supprimée pour permettre à la partie inférieure de retrouver sa productivité.

Quelles sont les différentes formes d’un olivier ?

Il existe de nombreuses formes différentes pour les oliviers dans toute la région méditerranéenne, mais toutes les formes diverses peuvent être simplifiées jusqu’à deux. La mono-conique et la poly-conique ou, pour utiliser un langage moins mathématique, l’arbre de Noël et le vase ou le verre à vin. L’arbre de Noël est une idée nouvelle qui n’a pas de base traditionnelle en Méditerranée. Il a été inventé pour la cueillette mécanique à l’aide des secoueurs mis au point en Californie.

Des recherches scientifiques plus récentes menées en Italie ont montré que la forme du sapin de Noël n’est pas meilleure que celle du vase pour la cueillette mécanique. La théorie était que la distance plus courte entre le tronc principal et les branches porteuses de fruits transmettrait une force de secouage plus importante. Des travaux expérimentaux réels ont montré qu’il n’y a pas de différence dans l’efficacité de la cueillette. L’arbre de Noël est plus difficile à gérer. Ainsi certains producteurs transforment leurs arbres de Noël en vases.

Le vase sous diverses formes est de loin la forme la plus populaire dans toute la Méditerranée et la plus pratique pour la cueillette manuelle ou semi-mécanique. Les cultivateurs ayant quelques arbres ou un petit bosquet apprécieront particulièrement cette forme facile d’entretien.

Il y a une troisième forme que l’on trouve rarement qui est l’arbre givré récupéré. En Italie centrale et dans d’autres régions froides de la Méditerranée, toute la croissance de l’olivier est gelée en surface à des intervalles d’environ trente ans. C’est alors qu’une Tramontane particulièrement sévère s’abat de Sibérie. Les drageons poussent sous terre et trois ou quatre drageons sont sélectionnés comme nouveaux troncs. Ils forment un anneau de nouveaux troncs autour de la souche de l’ancienne tige de l’arbre précédent en forme de verre à vin. Si l’arbre est à nouveau gelé, ces multiples troncs meurent et des drageons sont à nouveau sélectionnés pour former de nouvelles tiges. Chaque fois qu’une gelée sévère se produit, l’anneau de plusieurs tiges s’éloigne de plus en plus, laissant une souche morte plus grande au centre.